Chat with us, powered by LiveChat
Nouvelles

Portrait d’entrepreneur – Alain Vanden Eynden

By 12 نوفمبر 2018 No Comments

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat 2018, Entreprendre Memphrémagog vous présente le parcours inspirant d’entrepreneurs de la région.

Voici une entrevue avec Alain Vanden Eynden, de Chocolats Vanden Eynden, qui a su conserver sa passion tout en apprenant à être un gestionnaire.

1. Qu’est-ce qui vous a donné le goût de vous lancer en affaires?
J’ai toujours rêvé d’être en affaires. Très jeune, j’aimais être en contrôle de ma destinée. Il faut dire que j’ai toujours eu de la difficulté à faire des choses qui ne me plaisaient pas.

2. Décrivez-nous votre parcours en tant qu’entrepreneur
En 1986, ma femme et moi nous sommes rendus compte qu’il n’y avait pas de boulangerie/pâtisserie à l’européenne à Magog. Nous ne trouvions pas de baguette! Nous voulions donc faire une sandwicherie européenne. Finalement, nous avons ouvert une boulangerie/pâtisserie, pour ensuite ajouter la chocolaterie. J’ai vraiment appris l’entrepreneuriat sur le terrain, en faisant des erreurs et en les corrigeant.

3. Quelle a été votre plus grande réussite?
Ma plus grande réussite, c’est d’être encore là, après 32 ans! Et je suis fier d’être en croissance et d’avoir encore des projets. En plus de ma passion de faire du chocolat, j’ai développé une passion de l’entrepreneuriat. J’aime apprendre à tous les jours. Mon objectif, c’est de me lever tous les matins avec le plaisir d’aller travailler et, le soir, de fermer mon commerce avec le sourire et la fierté d’avoir réussi.

4. Quel a été votre plus grand échec?
Au début, nous étions très mauvais en gestion d’entreprise. Il a fallu plusieurs années avant que nous nous en rendions compte. J’ai mis beaucoup d’énergie pour devenir un meilleur gestionnaire. J’ai compris que même si c’est une passion, il ne faut pas que la passion nous sorte de l’entrepreneuriat. Il faut garder l’artiste et l’entrepreneur en soi. Maintenant, quand je fais un projet, je l’évalue davantage au plan économique. Je suis plus en contrôle aujourd’hui. Il y a 25 ans, je faisais un projet et j’évaluais ensuite!
Tout le monde fait des erreurs. Je dis toujours qu’un homme intelligent ne la refait pas et un imbécile la refait. Il faut se regarder dans le miroir et se demander ce que nous avons mal fait.

5. Qu’est-ce qu’il faut pour être un bon entrepreneur?
La qualité première, c’est la détermination et le travail. Je ne connais pas un entrepreneur qui ne fait que 35 heures par semaine. Il ne faut pas penser que c’est facile, être entrepreneur. C’est énormément de travail et de temps. Souvent, les gens qui pensent que c’est facile sont ceux qui n’ont pas la détermination. Être entrepreneur, c’est prendre des risques. C’est notre motivation. Je pourrais tout perdre du jour au lendemain.

6. Où vous voyez-vous dans 10 ans?
Je me vois encore faire ce métier que j’aime. Je me vois même plus loin! J’ai une admiration pour les entrepreneurs qui, à 75 ans, sont encore dans les projets. Ma motivation, ce n’est pas l’argent, c’est le succès de l’entreprise. Pour moi, le succès de l’entreprise est plus grand que le succès de l’entrepreneur.

Leave a Reply